disette

disette

disette [ dizɛt ] n. f.
disièteXIIIe; o. i., p.-ê. gr. disektos « année bissextile, malheureuse »
1Vx Manque (de choses nécessaires). besoin, défaut. Disette d'eau, de vivres. pénurie. « Les Parisiens seraient forcés, par la disette des vivres, à se rendre... » (Voltaire).
Fig. Il y a disette d'idées nouvelles.
2Mod. Manque, insuffisance de vivres. Année de disette. « La disette dégénéra en famine universelle » (Voltaire).
⊗ CONTR. Abondance.

disette nom féminin (peut-être grec byzantin disekhtos, année bissextile, année de malheur) Manque de ce qui est nécessaire à la vie, et en particulier manque de vivres, pénurie : Une année de disette. Littéraire. Privation, défaut, manque de quelque chose : Disette d'argent.disette (synonymes) nom féminin (peut-être grec byzantin disekhtos, année bissextile, année de malheur) Manque de ce qui est nécessaire à la vie, et...
Synonymes :
Littéraire. Privation, défaut, manque de quelque chose
Synonymes :
- défaut
- pénurie
Contraires :
- pléthore

disette
n. f. Manque ou rareté de choses nécessaires, et partic. de vivres.

⇒DISETTE, subst. fém.
Manque de ce qui est nécessaire à la vie.
A.— Manque de ce qui est nécessaire à la vie du corps et notamment manque de vivres. Disette de blé, de céréales; années, temps de disette; souffrir de la disette. Il aurait fallu prolonger la guerre; l'armée française souffrait du froid et de la disette (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 215). Je trouve ici [à Paris] les gens en proie à une panique qui, bien ou mal fondée, est sérieuse. Il y a disette de pain et disette d'argent à la fois (MÉRIMÉE, Lettres Ctesse de Montijo, t. 2, 1870, p. 192) :
1. Les informations que je reçois aujourd'hui de Paris me font penser, qu'étant donné la disparition presque complète des forces de police et des forces allemandes à Paris et dans l'état d'extrême disette alimentaire qui y règne, de graves troubles sont à prévoir dans la capitale avant très peu de temps.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1956, p. 702.
2. Le surpeuplement des campagnes ayant cessé, on y connut moins souvent chômage et disette; la mortalité y diminua aussi. Les importations de céréales, de plus en plus pratiquées, réduisirent les conséquences des mauvaises récoltes, même si le prix du pain augmentait brusquement.
LESOURD, GÉRARD, Hist. écon., XIXe et XXe s., 1968, p. 192.
P. métaph. Il importait (...) de ne pas le laisser [l'enthousiasme] (...) s'effriter, mourir de disette (ARNOUX, Roi d'un jour, 1956, p. 9). Un long rêve s'achevait, ce rêve qui, pendant plus de deux ans, nous avait dupés, perdus, rassasiés de nos faims, désaltérés de nos soifs, repus de toutes nos disettes. Nous repartions, brisés, déçus, saouls de fatigue et de souffrance, mais allégés, allégés quand même (DUHAMEL, Notaire Havre, 1933, p. 235).
P. anal. et p. plaisant. Disette (d'argent). Ma disette était telle que je n'osais plus fouiller dans mes poches pour me rendre compte (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 256).
B.— P. ext. Manque de ce qui est considéré comme bon et indispensable à la vie de l'esprit et du cœur.
1. Rare. [En parlant d'inanimés concr.] Il y a disette de bons romans (BALZAC, Corresp., 1822, p. 204).
2. [En parlant d'inanimés abstr.] Disette d'idées, de sujets; se trouver en disette de propos. L'organisme social n'a jamais à redouter ni surabondance ni disette de talents spéciaux (PROUDHON, Propriété, 1840, p. 309) :
3. Dans sa disette momentanée de passions, il lui arrivait de regarder autour de lui et de se demander pour qui il écrivait.
ROLLAND, Jean-Christophe, Le Buisson ardent, 1911, p. 1274.
Rare et p. plaisant. [En parlant d'attitudes, de comportements] Une exceptionnelle disette d'amitiés féminines, de complicités, d'appuis féminins (COLETTE, Apprent., 1936, p. 171).
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. disetteux, euse, vx. Qui souffre de la disette. C'est le soleil qui, sous le nom d'Orus, naissait, comme votre dieu, au solstice d'hiver dans les bras de la Vierge céleste, et qui passait une enfance obscure, dénuée, disetteuse (VOLNEY, Ruines, 1791, p. 238). Noté comme ,,vx`` par Ac. 1798, ,,vieilli`` par Ac. 1835, 1878; absent d'Ac. 1932.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1200 disiete (Antioche, éd. P. Paris, VIII, 458) cf. aussi 1250 disgete (Acte de donation fait à Douai ds TAILLIAR, Recueil d'Actes des XIIe et XIIIe s., p. 178); ca 1200 disete (Renart, éd. M. Roques, X, 10629). Orig. obscure. L'hyp. d'une formation sur dire1 (v. rem. p. 246) d'après le sens de ce verbe dans les expr. formées à partir de à dire « manquant » (cf. dire1 étymol. 8 a et adirer) (FEW t. 3, p. 69b; BL.-W.5 1re hyp.) semble possible mais la forme d'a. fr. disgete reste alors inexpliquée. Un empr., à l'époque des croisades, au gr. byzantin « bissextile », transcr. du lat. bissextus (par substitution de - « double » au lat. bi-) dans un emploi subst. au fém. avec la signification de « année mauvaise », cf. bicêtre1, est possible et expliquerait la présence du terme en a. gênois dexeta (Schwyzer ds Z. vergl. Sprachforsch t. 56, p. 311; BL.-W.5 2e hyp.). Les hyp. à partir de formations latines comme desecta emploi subst. fém. du part. passé de desecare « séparer en coupant » (DIEZ5, p. 562) ou disjecta, emploi subst. du part. passé de disjicio « jeter, disperser, séparer, détruire » (LITTRÉ; A. Jenkins ds Mélanges A. Thomas, 1927, p. 311) ou decepta emploi subst. du part. passé de decipio « surprendre, tromper, décevoir » (Cornu ds Romania t. 32, pp. 124-125) laissent trop de difficultés phonétiques ou sémantiques inexpliquées. L'hyp. d'une orig. bret. (Gamillscheg ds Z. rom. Philol. t. 40, p. 528 et EWFS2), fondée sur une forme mod., est encore moins probable. Fréq. abs. littér. :270. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 677, b) 381; XXe s. : a) 162, b) 268.

disette [dizɛt] n. f.
ÉTYM. V. 1200, disiète, disete; orig. incert., p.-ê. grec disektos « année bissextile, malheureuse ». On a aussi évoqué une formation à partir de dire « demander », d'où disette « demande (de qqch. qui manque) ».
1 Manque (de choses nécessaires). Besoin, défaut, manque, pénurie, rareté. || Disette d'eau (→ Avare, cit. 27), de vivres (→ infra, 2.). || Disette d'argent. Dénuement, pauvreté.
1 On sent en mille rencontres (…) la disette d'argent (…)
Mme de Sévigné, Lettres, 1248, 1er janv. 1690.
2 (…) dans l'espérance que les Parisiens seraient forcés, par la disette des vivres, à se rendre (…)
Voltaire, Essai sur les guerres civiles de France, Œ., t. X, p. 356.
Fig. || Une disette de bonnes pièces de théâtre. || Il y a disette d'idées nouvelles… Indigence.
3 Il y a de certaines gens dont l'esprit n'est en mouvement que par pure disette d'idées (…)
Marivaux, la Vie de Marianne, p. 227.
4 Il peut s'il le veut, dans la disette où l'on est, et agréé comme il l'est, devenir le premier écrivain de la Revue, l'un des plus fréquents.
Sainte-Beuve, Correspondance, IV, p. 289.
2 Spécialt. Manque de vivres. Famine (plus fort). || Année de disette. || Les sept années de disette prédites par Joseph. Vache (les sept vaches maigres). || Pays qui souffre de la disette. || Disette d'une ville assiégée. || Privations subies lors d'une disette. || La crainte de manquer accroît la disette. → Pourvoir, cit. 10.
5 (…) la disette dégénéra en famine universelle.
Voltaire, Essai sur les guerres civiles de France, Œ., t. X, p. 357.
6 La récolte du miel a été très insuffisante; on pressent une grande disette.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 827.
DÉR. Disetteux.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Нужна курсовая?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • disette — DISETTE. s. f. Nécessité, manque de quelque chose nécessaire. Disette de vivres. Grande disette. Disette de toutes choses. Dans une telle langue, il y a une grande disette de mots …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • disette — Disette, f. penac. Egestas, Indigentia, Inopia. Disette, et faute de vivres, Penuria. Avoir disette de quelque chose, Egere, Indigere, re aliqua. Avoir disette de blé, Re frumentaria laborare, Re frumentaria anguste vti. Secourir en temps de… …   Thresor de la langue françoyse

  • disette — DISETTE. s. f. Necessité, faute de quelque chose. Disette de vivres. grande disette. disette de toutes choses …   Dictionnaire de l'Académie française

  • disette — (di zè t ) s. f. 1°   Manque de choses nécessaires et particulièrement de vivres. Année de disette. Cette année sera une année de disette. La disette de 1812. •   La dépendance où la disette réduit le pauvre, BOURDAL. 8e dim. après la Pentec.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DISETTE — s. f. Manque de quelque chose nécessaire. Il se dit proprement en parlant Des choses essentielles à la vie. Disette de vivres. Grande disette. Cette longue disette causa bien des souffrances. Nous étions dans une année de disette.   Il se dit,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DISETTE — n. f. Manque de certaines choses utiles. On publie beaucoup de romans, de brochures, mais nous sommes dans la disette de bons ouvrages. Il y a dans les livres de cet auteur une grande disette d’idées, de pensées. Par analogie, Nous souffrons… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Disette — Famine  Pour l’article homonyme, voir famine (informatique).  La famine est une situation dans laquelle la population d une zone géographique donnée, ou seulement une partie de cette population, manque de nourriture. L état de sous… …   Wikipédia en Français

  • Disette — Di|sette [di zɛt] die; <aus fr. disette »Mangel«, weitere Herkunft unsicher> (veraltet) Hungersnot, Teuerung …   Das große Fremdwörterbuch

  • disette — nf., famine, misère, pénurie : dizèta (Albanais, Doucy Bauges) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Si jeune savait, si vieux pouvait, j’amais disette n’y aurait. — См. Еслиб молодость знала, еслиб старость могла …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”